La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
chretiens prières vendredi thomas nouvelles afrique padre fatima michel marie vincent france paroles bonnes zorkine circulaire jeanne pere careme coeur Francois Nuage archange saint Pape mort
Derniers sujets
» Prières quotidiennes
Aujourd'hui à 7:42 par Pearl

» Seigneur, ce jour s'acheve
Hier à 18:42 par Pearl

» Revêtir le Christ, immense joie !
Hier à 10:02 par etienne lorant

» Recouvrer l'esprit d'enfance
Sam 18 Aoû - 10:13 par etienne lorant

» Le mariage est indissoluble
Ven 17 Aoû - 9:32 par etienne lorant

» L'or vérifié par le feu !
Jeu 16 Aoû - 13:26 par etienne lorant

» L'argent est la source de tout le mal dans le monde
Mer 15 Aoû - 8:04 par Pearl

» Apprivoisés par Dieu
Mar 14 Aoû - 12:06 par etienne lorant

» Croire ne suffit pas
Sam 11 Aoû - 11:28 par etienne lorant

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Au tribunal de la Miséricorde

Aller en bas 
AuteurMessage
etienne lorant

avatar

Messages : 1319
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Au tribunal de la Miséricorde   Jeu 1 Mar - 10:27

Livre de Jérémie 17,5-10.
Ainsi parle le Seigneur : Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée, inhabitable.

Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance. Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines. Il ne craint pas quand vient la chaleur : son feuillage reste vert. L’année de la sécheresse, il n'est pas inquiet : il ne manque pas de porter du fruit. Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ? Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes.


Psaume 1,1-2.3.4.6.
Heureux est l'homme
qui n'entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
planté près d'un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu'il entreprend réussira.
Tel n'est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
balayée par le vent :
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,19-31.
En ce temps-là,  Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.” Le riche répliqua: “Eh bien, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères: qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !” Abraham lui dit : “Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.” Abraham répondit:: “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.” »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


Parmi nous, nombreux les hommes et les femmes et les hommes habiles pour toutes les affaires de ce monde. Ils sont nés doués d'une grande intelligence, ils apprennent vite et leur mémoire est telle que chaque erreur et chaque revers de fortune ont servi afin de mieux connaître comment agir, comment dire et comment faire afin de se sortir le mieux possible de situations défavorables.

Avec un tel "bagage" hérité dès la naissance, ils ont toutes les chance de briller dans le monde, d'accéder au pouvoir et à la renommée: ils sont comme ces météores dont on annonce le passage dans le ciel et que les hommes simples viennent voir passer...

Cependant, de tels hommes et femmes, méritent moins d'attention que  ceux qui investissent leur être tout entier dans la recherche de la vérité, du bien, de l'équité, de la correction des erreurs et des fautes et du salut de l'âme.

En effet, quiconque, bien éduqué, pourra distinguer le bien du mal, non pas seulement selon les règles qui prévalent en société, mais avant tout: selon la sagesse que Dieu a confère aux humbles. L'humilité, tout au contraire de constituer un abaissement, garantit un chemin bien droit qui laisse entrevoir grâces et vertus. A quoi reconnaître de tels hommes ?  Le plus souvent, ce ne sera pas possible mais on attribuera leur sagesse à de la chance...

Il importe de noter que, ce riche dans la souffrance - tel que Jésus le montre, n'est pas n'est pas un damné. S'il l'avait été, il n'aurait pas tourné son regard vers Abraham - il n'aurait pas même songé à un recours possible - pour lui même d'abord, mais aussi pour ses frères. afin qu'ils soient avertis de ne pas agir comme lui-même avait agi...

Ce souci qu'a le riche du salut de ses frères, voici ce qui manifeste un remord sincère ainsi qu'une conscience intacte. Un second indice de ce que cette souffrance est de simple   purification, réside dans le fait qu'Abraham continue de l'appeler "mon enfant": le dernier recours réside donc dans la miséricorde divine. Mais malheur à celles et ceux qui en abuseraient !  En temps de carême, il nous est proposé "d'effacer les ardoises" de ceux qui nous doivent. Mais si l'aveu conscient nos fautes devait nous servir comme un moyen d'obtenir une absolution par un prêtre - ce calcul serait ajouté à nos autres fautes - gare à l’hypocrisie  !!!


.


Revenir en haut Aller en bas
 
Au tribunal de la Miséricorde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'heure de la Miséricorde Divine
» Invocations à la Miséricorde Divine
» Sous l'abri de ta miséricorde
» La miséricorde de Dieu selon Ste Thérèse!
» 19 avril : Fête de la Miséricorde Divine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Les petits grains du Chapelet :: Prieres du matin-
Sauter vers: